Durabilité

La durabilité dans l'aquaculture

L'aquaculture joue un rôle de premier plan dans l'approvisionnement en poissons frais destinés à la consommation humaine. Le poisson contient des protéines et des acides gras oméga-3 essentiels, indispensables à une alimentation saine et équilibrée.

Par le passé, dans le secteur de l'aquaculture, les aliments pour poissons dépendaient grandement de l'utilisation de farine et d'huile de poisson. En tant que producteur d'aliments pour poissons, cela fait des années que nous investissons temps et argent dans le développement d'aliments pour poissons contenant une moins grande quantité de farine et d'huile de poisson. Jusqu'à maintenant, cela nous a permis de produire des aliments commerciaux qui renferment nettement moins de farine et d'huile de poisson et une plus grande quantité de matières premières végétales et de sous-produits animaux. Ces ingrédients alternatifs nous permettent de produire des aliments pour poissons qui affichent de bonnes performances et sont riches en substances essentielles, notamment des acides gras oméga-3.

Un secteur de l'aquaculture durable et performant fournit des aliments sains destinés à la consommation humaine et garantit une utilisation responsable des matières premières naturelles tout en limitant les incidences sur l'environnement. Grâce à la réalisation d'études solides, nous sommes en mesure de répondre aux besoins des poissons ainsi qu'aux souhaits du client et du marché.

Efficacité

L'indice FIFO (Fish In Fish Out) permet de calculer le nombre de kg de poissons sauvages nécessaires, sous la forme de farine et huile de poisson, pour produire 1 kg de poissons d'élevage. L'une des formules les plus utilisées à cet effet est celle de l'IFFO (Organisation Internationale des producteurs de farine et d'huile de poisson) :

FIFO = (% de farine de poisson dans les aliments + % d'huile de poisson dans les aliments)/(22,5+5) x FCR x 0,75

Cette formule est basée sur la quantité de farine et d'huile de poisson contenue dans les aliments. L'indice 22,5 signale qu'1 kg de poissons frais contient en moyenne 22,5 % de farine de poisson. Selon le même principe, l'indice 5 signifie qu'environ 5 % d'huile de poisson est extraite d'1 kg de poissons frais. Le FCR permet de connaître la quantité d'aliments nécessaire pour produite 1 kg de poissons d'élevage. Pour terminer, l'indice 0,75 part du principe que de nos jours, toutes les farines et huiles de poisson sont composées, à raison de 25 %, de sous-produits de l'industrie de transformation du poisson.

Si l'indice FIFO est inférieur à 1, il y a lieu de parler d'une production nette de poissons et la quantité de poissons élevés est supérieure à la quantité de poissons pêchés pour produire de la farine et de l'huile de poisson. Même dans le cas des aliments pour truites, Coppens est parvenu à atteindre un indice FIFO un rien en dessous de 0,5 ! Avec les farines et huiles de poisson traditionnelles, cet indice était largement supérieur à 1. Pour les poissons omnivores et carnivores, comme la carpe, le poisson-chat et le tilapia, l'indice FIFO est aussi largement inférieur à 1. Dans le cas des poissons carnivores comme le bar et la daurade, l'indice FIFO peut également être réduit aux environs de 1. Une grande partie de l'industrie aquacole est ainsi devenue un producteur net de poissons, nettement moins dépendant des ressources marines.

Élevage de poissons

Afin d'assurer un élevage plus contrôlé et plus efficace des poissons, des systèmes en recirculation (RAS) ont été développés. Ces systèmes RAS utilisent des filtres pour purifier l'eau de manière à ce qu'elle puisse être réutilisée. La quantité d'eau nécessaire pour produire 1 kg de poissons peut ainsi être considérablement réduite, comparativement aux systèmes d'élevage conventionnels. Grâce à des échangeurs de chaleur, la chaleur de l'eau sortante est transmise à la chaleur entrante. Cela permet de réduire énormément la consommation d'énergie des exploitations aquacoles.
Autre avantage : les matières fécales des poissons sont retirées de l'eau à l'aide de filtres mécaniques et biologiques. De cette manière, l'élevage de poissons a moins d'incidences sur l'environnement. Par ailleurs, il est plus facile d'éviter ou de lutter contre des maladies éventuelles dans un système en recirculation. Enfin, dans la mesure où les poissons d'élevage ne risquent pas de se retrouver avec des poissons sauvages, il est possible d'exclure toute interaction génétique. Un système RAS est la solution idéale pour un élevage de poissons durable et respectueux de l'environnement.