Quantifying feed sustainability banner 3
Quantifier la durabilité des aliments pour animaux

Aller au-delà des ratios Fish In-Fish Out dans l'alimentation durable en aquaculture

L'objectif n° 14 des Objectifs de développement durable des Nations Unies est intitulé « Vie aquatique ». Pour Alltech Coppens, le principal objectif aligné sur l'ODD 14 est de réduire notre dépendance par rapport aux ingrédients marins.

Alltech Coppens a lancé un projet afin de développer un score de durabilité pour nos aliments. Ce score nous permet d’évaluer non pas un seul type de farine de poisson, mais toutes les formes de matières premières. Il en résulte un classement par score pour les aliments pour animaux. Ce classement est établi sur la base d’une analyse du cycle de vie (ACV) utilisant plusieurs bases de données, comme celle du Global Feed LCA Institute (GFLI) et d'autres sources d'information.

Le classement est basé sur un principe A-B-C, tous les aliments de la catégorie C constituant la base de référence

Alltech Coppens feed scoring 2

Qu'est-ce qu'une analyse du cycle de vie (ACV) ?

Une ACV évalue l'impact de processus de production spécifiques sur l'environnement. L'évaluation comprend toutes les phases nécessaires à la production et à l'utilisation d'un produit, du développement initial au traitement des déchets. Les modèles d'impact du cycle de vie (Life cycle impact models, LCIM) sont utilisés pour estimer l'impact environnemental. Il en résulte un « profil environnemental » – une liste de points avec différents effets environnementaux, tels que le changement climatique, l'utilisation de l'eau, l'utilisation des sols et l'acidification des sols.

Comment le score a-t-il été établi ?

Nous utilisons une méthode bien connue appelée ReCiPe 2016 (développée conjointement par le RIVM (Institut national de la santé publique et de l’environnement des Pays-Bas), l'Université Radboud de Nimègue, l'Université de Leyde et Pré Consultants) et la base de données du GLFI. Ceux-ci constituent la base du score de durabilité d'Alltech Coppens, car leurs méthodes de modélisation sont conformes aux règles de l'Union européenne relatives à la catégorie pour l'empreinte environnementale des produits pour les aliments pour animaux (Product Environmental Footprint Category Rules for Feed, PEFCR).

Nous avons évalué l'impact de tous nos aliments industriels en fonction des matières premières, de la situation géographique du fournisseur, de l’indice de conversion (IC), des bases de données et des sources d'information. Le résultat est le score de durabilité d'Alltech Coppens, dans lequel nous classons les aliments en fonction du score d'impact total. Les aliments pour animaux ayant le score d'impact le plus faible sont placés dans la catégorie A.

Marine Resource Sustainability scoring diagram FR

Évaluer la durabilité des ressources marines

Bien que ReCiPe 2016 comprenne un ensemble assez complet d'indicateurs, l'utilisation de farine et d'huile de poisson d'origine marine (qui est considérée comme une pratique non durable associée au secteur de l'aquaculture) ne figure pas parmi les indicateurs. La perte indirecte de biodiversité est décrite dans le cadre des écosystèmes marins, mais les effets directs de la pêche (c'est-à-dire l'épuisement des stocks de poissons et les dommages causés aux écosystèmes) ne sont pas pris en compte. Afin d’en tenir compte, il a été décidé d'ajouter un indicateur supplémentaire : la durabilité des ressources marines. Celles-ci sont également normalisées et pondérées dans le score de durabilité d'Alltech Coppens et ont été intégrées dans le diagramme ci-joint.

Nous avons mis en évidence 4 des 18 indicateurs intermédiaires (midpoint) utilisés dans la méthodologie ReCiPe 2016. Bien que ReCiPe 2016 soit assez complet en termes d'indicateurs intermédiaires, l'utilisation de farine et d'huile de poisson d'origine marine ne figure dans aucun indicateur intermédiaire ou final. Afin de tenir compte des effets directs, il a été décidé d'ajouter un indicateur final supplémentaire qui est également normalisé et pondéré dans le score de durabilité d'Alltech Coppens. Cet indicateur final est appelé « Ressources marines ».

Utilisation de l'eau

L'homme est le principal facteur de changement du débit des cours d'eau à l'échelle mondiale, ainsi que des schémas spatiaux. Ces modifications du cycle de l'eau douce ont un impact sur la biodiversité, la production alimentaire, la santé, le fonctionnement écologique et la régulation du climat, qui ont tous une incidence négative sur la résilience des écosystèmes tant aquatiques que terrestres. La plupart des impacts liés à l'utilisation de l'eau sont basés sur la consommation d'eau, c'est-à-dire l'utilisation de l'eau douce de manière telle que l'eau s’évapore, est incorporée dans des produits, est transférée vers d'autres bassins hydrographiques ou est rejetée dans les océans. Les écosystèmes aquatiques et terrestres touchés par ce phénomène risquent de connaître une réduction des espèces de plantes et de poissons, ce qui, à son tour, a des répercussions sur la disponibilité des ressources et la santé humaine.

Utilisation/transformation des sols

La raréfaction et la conversion de l'utilisation des sols sont le résultat de la croissance de la population humaine, l'agriculture et l'élevage étant les principaux moteurs de la transformation des sols. L'exemple le plus connu de changement d'affectation des sols est la déforestation, qui accroît la perte de biodiversité et accélère la perte des fonctions et services des écosystèmes. L'utilisation des sols et le changement d'affectation des sols ne concernent donc pas seulement l'utilisation réelle des sols. Ils ont un impact sur les émissions de gaz à effet de serre, la perte de biodiversité, la qualité de l'eau et les fonctions et services des écosystèmes, ce qui fait de l'utilisation des sols une préoccupation centrale pour la conservation de l’environnement.

Le réchauffement climatique

Les émissions de carbone sont souvent résumées dans l'empreinte carbone d'un produit, car il s'agit des gaz à effet de serre anthropiques les plus importants dans l'atmosphère. Toutefois, le potentiel de réchauffement climatique ne se limite pas à la somme des trois principaux gaz à effet de serre anthropiques, mais comprend également 204 autres gaz à effet de serre et décrit les effets de ces émissions sur le changement climatique. Le réchauffement climatique ne se résume pas à l'augmentation de la température mondiale ; il affecte les écosystèmes (ce qui entraîne une perte de biodiversité), les sociétés humaines et l'environnement naturel.

Ressources marines

Dans le secteur de l'aquaculture, l'utilisation de farine et d'huile de poisson dans l'alimentation est souvent considérée comme problématique en raison de son lien avec l'épuisement des stocks de poissons dans les océans et les dommages causés aux écosystèmes par les méthodes de pêche nuisibles. Cependant, il existe de grandes différences entre les espèces de poissons, l'état des stocks, les méthodes de pêche et les méthodes de production (c'est-à-dire les parures), ce qui entraîne de grandes différences en matière de durabilité. Grâce à ce critère, nous tenons compte des effets liés à la pêche (c'est-à-dire l'épuisement des stocks de poissons et les dommages causés aux écosystèmes) et nous rendons les bases de données que nous avons utilisées plus applicables à notre secteur.


Nous agissons de manière active pour atteindre nos objectifs d'aquaculture durable en respectant au maximum le climat, l'approvisionnement responsable des matières premières et la responsabilité sociale. En savoir plus →